RDC: les séances de vaccination augmentent de 50% dans les provinces vulnérables depuis 2018

Dans les neuf provinces où vit la moitié des enfants sous-immunisés de la RDC, il y a maintenant 24 000 séances de vaccination de routine par mois

Kinshasa, 25 février 2020 – Un ambitieux plan d’urgence du gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC) pour renforcer la vaccination systématique a entraîné une augmentation de 50% du nombre de séances de vaccination dispensées dans les zones vulnérables en un peu plus d’un an, selon de nouvelles données publiées lors d’une réunion d’examen annuel tenue à Kinshasa la semaine dernière. Le plan Mashako – officiellement le plan d’urgence pour la revitalisation de la vaccination systématique en RDC – a été lancé en octobre 2018 pour lutter contre les taux extrêmement bas de couverture vaccinale systématique dans un pays où, en 2017, les deux tiers des enfants – 2,5 millions – étaient pas complètement vaccinés et 20% des enfants n’ont reçu aucun vaccin. La première phase s’est concentrée sur les neuf provinces les plus durement touchées par les épidémies de rougeole et de poliomyélite dérivées du vaccin, et où vivent la moitié des enfants sous-immunisés ou non immunisés («zéro dose») de la RDC. Avec un objectif initial d’augmentation de 15% de la couverture vaccinale dans ces provinces d’ici 2020, le plan est divisé en indicateurs clairs et facilement mesurables. Sa mise en œuvre est rendue possible par l’application Mashako Plan soutenue par Gavi, qui aide les agents de santé à surveiller les séances de vaccination, les stocks de vaccins et les performances de la chaîne du froid en temps réel. Les données collectées via l’application sont introduites dans un tableau de bord national pour aider à éclairer la prise de décision rapide et factuelle au niveau du ministère de la Santé. «Le plan Mashako prouve que notre pays peut mettre en œuvre des programmes de transformation et obtenir des résultats impressionnants en peu de temps», a déclaré le Dr Eteni Longondo, ministre de la Santé de la RDC. «Fournir des objectifs clairs à chaque agent de santé et se concentrer sur quelques priorités nous a permis de relancer le programme de vaccination. Il y a de bons gestionnaires de la santé publique dans chaque province qui peuvent améliorer les résultats lorsqu’ils sont équipés des bons outils. » Un an après, ces résultats sont extrêmement encourageants: Le nombre de séances de vaccination mensuelles dans ces provinces s’élève désormais à 24 000, en hausse de 50% par rapport au nombre entrepris en 2018. Des efforts ont été faits pour améliorer l’accessibilité aux services en organisant des séances supplémentaires plus près du lieu de résidence des mères et des enfants. L’utilisation de l’application Mashako signifie que 3000 centres de santé sont désormais surveillés mensuellement, contre seulement 700 en 2018. La mise en œuvre du plan a conduit 95% des zones de santé du pays à déclarer des chaînes du froid fonctionnelles pour le transport et le stockage des vaccins, soit une augmentation de 22 points de pourcentage en un an. «Ces résultats témoignent de l’engagement du gouvernement de la RDC à améliorer les résultats de la vaccination», a déclaré Thabani Maphosa, directeur

Tags

Leave a comment